Minier

Les sites miniers ont besoin de systèmes de classe mondiale pour traiter leurs eaux de procédés, usées ou potables.  Les sites sont généralement éloignés des grands centres.  Les conditions climatiques extrêmes, les fluctuations significatives de la qualité de l'eau et des contaminants variés sont quelques-uns des plus grands défis de sites miniers.

Aucun risque n’est à prendre pour assurer une continuité des opérations.  Mabarex a conçu, fabriqué et installé des systèmes complets, compacts, conteneurisés, robustes et fiables pour le traitement des eaux de procédés et usées répondant à des normes de rejets très sévères.

Les usines de traitement des eaux usées sont adaptées pour les camps d'exploitation et de construction de l’industrie minière ainsi que pour ses installations permanentes.

En raison des niveaux élevés de contamination et de la fluctuation de la qualité de l’eau, chaque installation minière nécessite un système de traitement des eaux spécifique.  Les systèmes sont adaptés pour assurer que les effluents traités répondent aux critères visés.

Mabarex a conçu, fabriqué, installé et mis en opération plusieurs usines de traitement d’eau dans le nord canadien, entre autres pour une mine de diamants, où le processus complet de la commande à la mise en service n’a été que de 6 mois.  L’usine construite dessert le camp de 800 employés.  Enfin, pour cette même mine, Mabarex a conçu, fabriqué et mis en opération les équipements nécessaires au traitement des eaux de procédés.

La réussite de ces projets réside dans la grande agilité de l’équipe Mabarex à concevoir, en si peu de temps, ces usines et d’exécuter de façon ordonnée les différentes étapes.

Besoin d’aide?  Communiquez avec nous

CAMPEMENT MINIER

CAMPEMENT MINIER

Concevoir, construire et démarrer une filière de traitement en 6 mois, à des températures froides de – 40°C.


LARONDE, UNE MINE PLUS VERTE GRÂCE À L'UQAT ET AU CÉGEP

Lire la suite

Les études réalisées pendant cinq ans sur le site de la mine LaRonde ont permis aux chercheurs de l’Institut de recherche en mines et en environnement de l’UQAT et du Centre technologique des résidus industriels du Cégep d’améliorer le procédé de traitement des eaux contaminés au cyanure.
©Gracieuseté - Agnico Eagle

Après cinq ans de travail, une équipe de chercheurs de l’UQAT et du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue est parvenue à améliorer le traitement des eaux contaminées au cyanure à la mine LaRonde. Cette percée pourrait à présent être adaptée pour d’autres mines d’or.

En septembre 2013, les deux établissements avaient annoncé un partenariat historique entre l’Institut de recherche en mines et en environnement, le Centre technologique des résidus industriels, Agnico Eagle et Mabarex, une société montréalaise spécialisée dans le traitement des eaux usées.

Doté d’un budget de 1,1 M $, financé à 375 000 $ par les deux entreprises et à 732 350 $ par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, le projet de recherche devait se pencher sur le traitement des eaux minières contaminées au cyanure et à ses dérivés, des produits qui servent à la récupération de l’or.

Précieuses bactéries

Les chercheurs ont étudié le système de décyanuration en place à la mine LaRonde. Bien qu’efficace, celui-ci comportait effectivement des limites, notamment en raison d’une grande sensibilité aux variations de la composition de la pulpe à traiter et de la difficulté de retirer à la fois le cyanure et les métaux toxiques tels que l’arsenic, l’antimoine, le cobalt et le sélénium.

Après avoir caractérisé les effluents de la mine à différentes étapes du traitement, les chercheurs Carmen Neculita, Thomas Genty et Robin Potvin ainsi que la quinzaine d’étudiants qui formaient leur équipe ont testé les méthodes de prétraitement de ceux-ci utilisés par Agnico Eagle.

Il en a résulté l’installation d’un nouveau circuit de dénitrification, un processus bactérien qui contrôle l’acidification des eaux usées. Les résultats pourraient à présent être adaptés pour d’autres mines d’or, faisant de la mine LaRonde le chef de file au Québec du traitement biologique des eaux minières.

Extrait du journal La Frontière / Le Citoyen
Par Patrick Rodrigue 
Publié le 23 mars 2018


Infolettre Mabarex

Recevez des informations techniques, les tendances réglementaires, des nouvelles de l’industrie ou pour suivre notre évolution.


Vous pourrez vous désabonner en tout temps.